Focus sur des fonds (1) : Autour de l’émir Abd el-Kader (fondation Adlania et musée de Chantilly)

En ce printemps 2022, la figure de l’émir Abd el-Kader est mise à l’honneur en France dans le cadre de deux expositions : celle du domaine de Chantilly (Oise), autour des « Manuscrits de Tagdemt », qui a cours jusqu’au 30 mai 2022, et celle du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille, sobrement intitulée “Abd el-Kader”, inaugurée le 6 avril dernier et courant jusqu’au 30 août 2022.

C’est l’occasion de revenir sur les fonds documentaires qui alimentent les catalogues de ces deux expositions, dont certains ont été identifiés lors de l’enquête Digital Maghreb. Il s’agit du fonds Abd el-Kader de la fondation Adlania et de la collection du duc d’Aumale, conservée au domaine de Chantilly.

 

L’émir Abd el-Kader

L’émir Abd el-Kader (ʿAbd al-Qādir b. Muḥyī al-Dīn al Ǧazāʾirī) est une figure majeure de l’histoire de l’Algérie à la période contemporaine. Né en 1807, fils du cheikh d’une zawiya soufie, rattaché à la généalogie du Prophète (šarīf), affilié à la ṭarīqa Qādiriyya, Abd el-Kader s’inscrit dans la plus pure tradition islamique. Il se fait d’abord connaître comme opposant à la conquête française en ralliant autour de lui les tribus d’Algérie pour combattre la colonisation. On considère que c’est sous son autorité que s’érige le premier État algérien. Il devient par la suite un symbole de dialogue, inter-religieux d’abord, par son action pour sauver les chrétiens en Orient lors des massacres de 1860, entre la tradition islamique et la modernité ensuite, par son intérêt pour les réalisations scientifiques et techniques. Ce sont ces différents aspects (religieux, homme de lettres, combattant, homme politique, savant…) dont traitent les expositions de Chantilly et de Marseille.

Les expositions

Il est significatif que les expositions mettent toutes deux l’accent sur la culture écrite de l’émir, de l’Algérie et, par là-même, de l’ensemble du Maghreb. L’exposition de Chantilly est entièrement consacrée aux documents manuscrits tandis que la partie centrale de celle du MuCEM (sur la période de la captivité d’Abd el-Kader en France) s’appuie surtout sur les pièces de la fondation Adlania, sur des documents issus des Archives nationales d’outre-mer, et sur le travail d’Ahmed Bouyerdene, chercheur en histoire qui s’est efforcé de réunir l’ensemble de la correspondance de l’émir Abd el-Kader.

L’exposition de Chantilly, centrée sur la figure du duc d’Aumale à l’occasion du deux-centième anniversaire de sa naissance, illustre son intérêt pour la culture écrite à travers son impressionnante bibliothèque. Au sein de cette bibliothèque, les manuscrits et spécialement les manuscrits orientaux, tiennent une place centrale. Elle permet d’avoir un aperçu des écrits produits et circulant au Maghreb au XIXe siècle. Les ouvrages récupérés lors du pillage de la smala étaient destinés, dans l’esprit d’Abd el-Kader, à alimenter la bibliothèque de Tagdemt, qu’il souhaitait ériger en capitale de son pouvoir à partir de 1836.

 

Les fonds documentaires : la bibliothèque du musée Condé (Chantilly)

La bibliothèque du musée Condé à Chantilly conserve en effet les manuscrits de l’émir, récupérés à la suite de la prise de la smala d’Abd-el-Kader par Henri d’Orléans, duc d’Aumale en mai 1843. Trente-sept manuscrits ont intégré dans la bibliothèque du duc d’Aumale. Ils sont datés entre le XVIe et le XIXe siècles et rédigés en arabe et en berbère. La collection a été partiellement cataloguée au début du XXe siècle mais elle est actuellement redécouverte.

Initié à l’arabe, le duc d’Aumale a fait restaurer les ouvrages recueillis et en a confié l’analyse à de savants orientalistes. La section arabe de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) en a repris l’étude avec le concours de la Bulac. Cette nouvelle exploration éclaire les milieux savants dans lesquels s’est formé Abd el-Kader.

Les fonds documentaires : la fondation Adlania (Ayent, Valais)

La fondation Adlania, du cheikh Bentounes, est consacrée au dialogue interreligieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle a pour ambition de valoriser le patrimoine islamique et, en particulier soufi. Au-delà de la collection portant sur l’émir Abd el-Kader, la bibliothèque Adlania dispose de fonds riches, rassemblant des imprimés, des périodiques, de l’iconographie, de la correspondance manuscrite de maîtres soufis. Un travail de numérisation est en cours sur une partie de ces fonds qui seront régulièrement prêtés à des institutions culturelles dans le cadre d’expositions.

 

Pour aller plus loin

  • Bruno Étienne et François Pouillon, Abd el-Kader le magnanime, Paris, Gallimard, 2003.
  • Abd el-Kader et l’Algérie au XIXe siècle dans les collections du musée Condé à Chantilly, Paris, Paris-Méditerranée, 2003.

Merci à Marie-Pierre Dion, du domaine de Chantilly, et à Smaïn Esselma, de la fondation Adlania, pour nous avoir décrit leurs fonds dans le cadre de l’enquête conduite par Digi#Magh.



Citer ce billet
Mehdi Sakatni (2022, 10 mai). Focus sur des fonds (1) : Autour de l’émir Abd el-Kader (fondation Adlania et musée de Chantilly). Digital Maghreb. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nmog

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search